• Les multiplications : générative : fleur, pollinisation.

     

    L’homme et les animaux supérieurs n’ont qu’un seul moyen de se multiplier : la reproduction sexuée.

    La plupart des végétaux ont la possibilité de se multiplier de diverses manières : bien sûr, comme nous de manière sexuée, c’est la reproduction générative ( ou multiplication générative ), mais aussi par division, bouturage, marcottage, greffe…, ce sont les types de multiplications végétatives.

     

    3.1. : La multiplication générative

     

    Par multiplication générative, on entend reproduction sexuée, c’est à dire que l’on multiplie les plantes à partir de l’intervention de deux organes reproducteurs sexués : le pollen contenu dans les étamines qui sont les organes mâles d’une fleur (), et les ovules qui sont contenus dans les ovaires, eux-même contenus dans le pistil, organe femelle d’une fleur (♀).

    La fécondation de l’ovule par le pollen donnera naissance à une graine, généralement contenue dans un fruit ( mais pas toujours ) ; la mise en bonnes conditions de cette graine donnera naissance à une nouvelle plante.

    Cette mise en bonnes conditions des graines s’appelle le semis.



    3.1.1. : La fleur

     

    Capture la fleur

     

    etamipistilok.GIF

     

     



    3.1.2. : La fécondation ( pollinisation )


    Une fois déposé sur le stigmate d’une manière ou d’une autre ( vent, insectes, oiseaux, pluie, homme…), le grain de pollen va développer un tube pollinique dans le style pour descendre jusque dans l’ovaire contenant les ovules ; il va alors féconder l’un de ces ovules, ce qui donnera une graine ( cela est comparable au spermatozoïde humain qui féconde un ovule ).

    Une fois ses ovules fécondés, l’ovaire se transformera en un fruit contenant donc des graines ; à maturité, ce fruit tombera sur le sol, pourrira, et libèrera ainsi ses graines qui en contact avec le sol germeront pour donner naissance à une nouvelle plante assez semblable à la plante mère ( il y a des cas particuliers que nous étudierons plus tard ).

    Si le fruit est consommé, il est bien probable que la ou les graine(s) ne sera(ont) pas digérée(s) ; il y a donc beaucoup de  chances qu ‘elle(s) se retrouve(nt) dans les excréments du consommateur , quelque part sur le sol ; ces excréments lui (leur) donneront une bonne matière première pour le début de sa (leur) vie.

     

    Cliques sur l'image puis play  pour visionner l'animation

    Source : www.clq.pastel.free.fr

    animation pollen

               www.clg.pastel.free.fr

     

    Il existe plusieurs possibilités de fécondation :

    Contrairement à l’exemple ci-dessus, toutes les fleurs ne possèdent pas des organes des deux sexes ; certaines sont seulement mâles ou seulement femelles.

    autofécondok

     

    Un exemple d’autofécondation : une fleur possédant des organes des deux sexes se féconde elle-même.

    On peut aussi parler d’auto pollinisation ou de fécondation directe. On peut dire que la fleur est auto-fertile.

     

      fécond croisée bisex

    Parfois, des fleurs pourtant bisexuées ne s’auto fécondent pas ; on parle alors de fécondation croisée ou de pollinisation croisée.

    On parle parfois dans ce cas de fleurs auto-stériles

     fécondcroiséemf

     

     

     

    Dans certains cas où les fleurs ne possèdent pas des organes des deux sexes, ce sont bien entendu les fleurs mâles qui vont féconder les femelles, et seules ces dernières donneront des fruits.

    C’est une autre forme de fécondation croisée

     

     

    La forme du fruit dépend directement de l'organisation de la fleur :

    On retrouve déjà la forme du fruit dans la fleur, principalement grâce au positionnement de l'ovaire qui peut être supère ou infère, adhérant ou non, à carpelles libres...

    Le nombre d'ovules détermine également la forme du fruit ( noyau unique, pépins...).

     

      fleurphilceris1  fleurphilprun                                                      fleurphilceris3

     

    OVAIRE INFERE NON ADHERANT

     

    La reproduction générative expliquée dans ce chapitre ne concerne évidemment que les végétaux phanérogames ( qui produisent des fleurs ). Les ptéridophytes et bryophytes feront l'objet d'un autre chapitre.

     

     

    « Le végétal : physiologie : osmose; tropismes; symbioses.Les multiplications : générative : sexualité, hybridation. »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :